Les conseils du pape François pour se confesser durant le carême

Dans un petit livret intitulé « Prends soin de ton cœur », offert par le pape François aux pèlerins de la place Saint Pierre après l'Angelus du 22 février, se trouvent différents textes à méditer pendant le carême et un examen de conscience pour se préparer à la confession.

Une distribution un peu particulière a eu lieu il y a quelques jours place Saint-Pierre, à Rome. Des bénévoles, parmi lesquels de nombreux sans-abri venus en pèlerinage, ont distribué à la foule réunie pour entendre l'Angelus un petit carnet offert par le pape pour le premier dimanche du carême.

« Le carême est un chemin de conversion centré sur le cœur. Notre cœur doit se convertir au Seigneur, a insisté François lors de l'Angélus. C’est pourquoi, en ce premier dimanche, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la place, un petit livret de poche intitulé "Prends soin de ton cœur". »

Celui-ci rassemble quelques enseignements de Jésus et les contenus essentiels de la foi, comme les sept sacrements, les dons de l'Esprit Saint, les dix commandements, les vertus, les œuvres de miséricorde, etc. On y trouve aussi un examen de conscience dont le pape avait souligné l'importance lors de sa messe quotidienne à la chapelle de la maison Sainte-Marthe le 11 octobre 2014. « Avoir un cœur recueilli, un cœur dans lequel nous savons ce qui se passe et ici et là, nous pouvons exercer une pratique ancienne mais efficace de l’Église : l’examen de conscience. Qui d’entre nous, le soir, avant de finir sa journée, reste tout seul ou toute seule et se pose la question : qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui dans mon cœur ? Qu’est-il arrivé ? Quelles émotions ont traversé mon cœur ? Si nous ne faisons pas cela, nous ne réussissons pas ni à bien veiller ni à bien protéger notre cœur », avait-il alors expliqué.

Un bon examen de conscience selon le pape

Voici quelques questions que le pape conseille aux fidèles de se poser avant une confession:

 

Est-ce que je ne me tourne vers Dieu que quand j'ai besoin de lui ?

Est-ce que je vais à la messe le dimanche et pour les grandes fêtes (solennités) ?

Est-ce que je commence ma journée par une prière ?

Est-ce que j'ai honte de montrer que je suis chrétien ?

Est-ce que je me révolte parfois contre la volonté de Dieu ?

Est-ce que je suis jaloux, colérique ou partial ?

Est-ce que je suis honnête et juste avec les autres, ou est-ce que j'alimente la « culture du déchet » ?

Dans mon couple et ma famille, est-ce que j'applique l'enseignement des évangiles ?

Est-ce que j'honore et respecte mes parents ?

Est-ce que j'ai rejeté la vie à naître ? Ai-je écarté le don de la vie ? Ai-je aidé quelqu'un à le faire ?

Est-que je respecte l'environnement ?

Est-ce que je suis tantôt mondain, tantôt croyant ?

Est-ce que j'abuse de la nourriture, de l'alcool, de la cigarette ou d'autres divertissements ?

Ne suis-je pas trop préoccupé par mon bien-être physique et les biens que je possède ?

Comment est-ce que j'utilise mon temps ? Suis-je paresseux ?

Est-ce que je cherche à être servi ?

Est-ce que j'ai des désirs de revanche ? Est-ce que je garde des rancunes ?

Suis-je doux, humble et bâtisseur de paix ?

L'importance de la confession

Dans ce livret, le pape insiste sur l'importance de la confession « car chacun a besoin du pardon de ses péchés et pour les moments où nous pensons et agissons à l'inverse de ce qu'enseigne l'Evangile. »

La confession doit être un moment sincère de conversion, estime le souverain pontife, une occasion de faire la preuve de sa confiance dans la volonté de Dieu de pardonner ses enfants et de les remettre dans le droit chemin pour suivre Jésus.

« Prenez chacun un livret et emportez-le avec vous, comme aide à la conversion et à la croissance spirituelle, qui part toujours du cœur : là où se joue le match des choix quotidiens entre le bien et le mal, entre mondanité et Evangile, entre indifférence et partage. L’humanité a besoin de justice, de paix, d’amour et elle ne pourra les avoir qu’en revenant de tout son cœur à Dieu, qui est la source de tout cela » a-t-il conclu lors de l'Angelus.